Question (Fille / 2002)

J'ai de plus en plus envie d'en finir avec ma vie. Je suis un échec et quoique je fasse je me mets toujours dans des mauvaises situations. Je fais les mauvais choix et je me trouve minable.
Si vous cherchez quelqu'un de nul, c'est bien moi. Je foire tout ce que j'entreprends, à commencer par mes études.
Et comme c'est pas la grande joie, forcément mes proches le remarquent mais je ne pense pas qu'ils.elles aient saisi le degré de mal-être dans lequel je me situe.
J'en ai eu des périodes plus deprimées mais actuellement, c'est la periode la plus sombre que j'aie connu.
En fait, si je ne vais rien me faire, c'est pour mes proches, même pas pour moi, je reste pour eux.elles.
Mais chaque jour, depuis plusieurs mois, je me répète que ça a été une mauvaise journée. Les jours où je me sens bien se font de plus en plus rares.
Ne paniquez pas en lisant cette question, il me reste un peu de force pour continuer, et si j'ai tenu tous ces mois, je peux tenir encore bien d'autres.
Mais je me demandais comment communiquer avec mes proches sur mes pensées assez sombres. Je ne veux pas les fragiliser, les paniquer, les stresser ou même les inquiéter.
J'ai reflechi à attendre le bon moment pour communiquer sur ça par érit par exemple, comme je perds mes moyens sous pression. Mais je ne sais pas du tout comment aborder le sujet sans leur faire du mal ou être encore une fois un poids pour mes proches.
Auriez-vous des conseils pour leur communiquer mon mal-être sans leur faire du mal (psychologiquement)?


Je sens que si je veux aller mieux, il faudrait que j'arrive à m'ouvrir sur comment je me sens. J'ai tellement honte d'avoir ces pensée assez sombres.

Réponse

Bonjour,

Ton message nous laisse entendre que tu ressens un mal-être qui prend de plus en plus de place ces derniers temps. Tu nous dis que « les jours où tu te sens bien se font de plus en plus rares » et que « tu as de plus en plus envie d’en finir avec ta vie ». Cela nous inquiète pour toi et tu as bien fait de nous écire pour partager cela.

L’entrée dans le jeune âge adulte est un moment de la vie qui peut être déstabilisant et stressant. En effet, cela implique d’importants changements comme le choix des études, des relations amoureuses et amicales qui évoluent, et de nouvelles responsabilités. Cela peut donner le sentiment de devoir tout gérer par soi-même, que l’on ne va pas y arriver, et faire vivre des émotions difficiles comme de la culpabilité et des pensées sombres.

Tu dis aussi que tu sens qu’il serait important que tu puisses t’ouvrir pour aller mieux, et tu as raison. Nous comprenons que tu appréhendes de parler de ton mal-être à tes proches et de l’effet que cela pourrait avoir sur eux. Il est probable qu’ils se fassent du souci pour toi, cependant, que ce soit tes parents ou tes ami.es, ils sont là pour te soutenir durant cette période difficile et écouter ce qui te pèse tant. Écrire serait en effet un bon moyen de pouvoir leur expliquer peu à peu, à ton rythme, le sentiment de pression que tu éprouves et tes idées noires.

Nous pensons important que tu puisses également te tourner vers un.e professionnel.le de la santé pour recevoir une aide appropriée à tes besoins. Cela peut être ton. ta médecin traitant.e ou un.e psychothérapeute : ils sont là, eux aussi, pour t’aider à mettre des mots sur ce que tu vis, tes questionnements, et réfléchir avec toi à des pistes pour aller vers un apaisement.

Tu peux aussi en tout moment appeler le 143, une ligne d'écoute anonyme et gratuite (lien ci-dessous).

Si tes pensées suicidaires deviennent trop envahissantes, il faut te rendre aux urgences de l’hôpital le plus proche de chez toi.

Nous te soutenons dans ces démarches et restons à ton écoute.

 

l'équipe ontécoute


La Main Tendue - Tél 143 - ontécoute.ch
Dernière modification le 6 mars 2023

Avec le soutien de

Avec le soutien financier de la Confédération.

Ouvrir les actions