Question (Garçon / 2001)

Bonjour,

Dans les écoles et gymnases en Suisse on parle toujours du sexisme qui vise les femmes. Pourtant, quand une fille a des propos sexiste sur un garçon il n'y a aucune réaction de la part des enseignants. Par exemple si une fille dit qu'un gars est trop maigre ou trop gros, qu'il est faible ou pas assez viril, alors personne trouve ça problématique. Alors que dans le sens inverse les profs réagiraient et ce serait du sexisme intolérable.
Qui protège, dans notre société, les garçons des injonctions virilistes de femmes stupides ?

Réponse

Bonjour,

Vous avez raison, depuis quelques années les propos sexistes envers les hommes font moins débat que ceux envers les femmes.

Les femmes ont subit tant des agissements que des remarques sexistes et discriminatoires durant des millénaires. Certaines sociétés essaient de réparer ces inégalités en tentant de créer un monde plus égalitaire qui soit respectueux de chacun.e.

Comme souvent dans des situations injustes, le redressement se fait par un mouvement de balancier... et il est difficile de trouver du premier coup ce qui est juste, si bien qu'il est fréquent de passer par une étape qui recrée des injustices. Ce qui est fort dommage, nous en convenons.

Nous espérons toutefois, tout comme vous manifestement, que pour donner la juste place à l'un, il n'y ait plus besoin de dévaloriser l'autre. 

À nos yeux, homme et femme devraient être traités de manière égale dans tous les domaines, sauf, en cas d'une différence biologique non discutable qui rendrait ce traitement égalitaire impossible.

Ainsi, pour en revenir à votre question, le respect mutuel nous semble primordial. Et pour cela, chacun.e doit y mettre du sien et veiller à être tolérant, notamment en luttant contre les stéréotypes de genre. Chaque individu est une part de la société, cela revient donc à tout un chacun.e d'œuvrer au respect et à l'égalité.

Nous restons à votre écoute,

l'équipe ontécoute

Dernière modification le 29 janvier 2024

Avec le soutien de

Avec le soutien financier de la Confédération.

Ouvrir les actions