Question (Garçon / 2004)

Bonjour,

Je suis dans un cas un peu particulier...
Au mois d'aout, j'ai commencé un stage d'une durée de 6 mois dans le cadre d'une réinsertion. Tout se passait bien jusqu'à la fin novembre, l'employeur et moi sommes même devenu assez proche.

Seulement, le vendredi 1er décembre, l'employeur à fait ce qui ressemble à une crise psychotique. J'ai veillé sur lui et sa compagne tout le week end car sa compagne craignait qu'il ne soit interné en hôpital psychiatrique et refusait d'appeler les secours (je peux me mettre à sa place, je la comprend).
Le dimanche il était complétement revenu à lui, en tout cas c'est l'impression qu'il donnait.

Évidemment, veiller sur eux lors de ce week end dépassait complétement mon simple rôle de stagiaire au sein de l'entreprise, mais je l'ai fait par acquis de conscience ne pouvant pas me résoudre à laisser sa compagne gérer cette situation seule.

Mais voilà, le lundi j'ai été accusé par cet employeur d'avoir provoquer cela (Comment ? Je ne sais pas) et après m'être un peu emporté et quitter les lieux en colère (j'ai conscience d'avoir fait une erreur sur ce point là), j'ai été mis à la porte avant la fin de la durée contractuelle du stage. Il a prétendu que je me comportais mal, que je répondais, etc... Ce qui est partiellement vrai, ce jour là il m'a été difficile de me laisser accuser d'une chose si ridicule sans réagir, d'abord calmement et puis moins calmement après qu'il ait insisté. D'autant plus que ce week end m'a complétement épuisé mentalement.
Mais paradoxalement, il a également vanté mon travail prétendant que ma place n'était pas en tant que salarié mais en tant qu'indépendant... (il y a milles raisons qui font que cet impossible actuellement pour moi mais c'est un autre sujet)

Loin de moi l'envie d'enfoncer cette personne si elle souffre réellement d'un trouble psychiatrique, mais je me sens lésé et ce à plusieurs niveaux. Déjà l'injustice et l'ingratitude me restent en travers de la gorge. J'aurais simplement pu appeler l'ambulance et continuer ma vie comme si de rien n'était. Mais j'ai pris une responsabilité qui n'était pas la mienne par pure bonté et j'ai l'impression que cela s'est retourné contre moi.
Mais surtout, j'ai sacrifié 4 mois de ma vie dans l'espoir d'obtenir cet emploi et ce parce qu'il me l'avait promis si mon travail était satisfaisant (ce qui semble avoir été le cas selon ses dires). Tout ceci alors que je sors d'une longue dépression et d'un syndrome de stress post traumatique. J'ai l'impression qu'il s'est servi de moi et j'en suis même arrivé à me demander si toute cette crise n'était pas que du cinéma dans le simple but de me pousser vers la sortie.

Aujourd'hui j'ai peur de replonger dans une mauvaise dynamique. Je voyais cette opportunité comme une dernière chance (je suis plus âgé que la date que j'ai donné à mon inscription sur ce site pour être certain de garantir mon anonymat)
J'avais enfin le sentiment d'être à nouveau utile et je voyais enfin la lumière au bout d'un très long tunnel. C'est la douche froide et ma motivation en prend un sacré coup.

Selon le contrat, toute modification de la durée du stage ou rupture du contrat est soumis à l'approbation de l'autorité cantonale ainsi qu'aux dispositions légales fédérales. C'est ce qui est écrit sur le contrat, mais moi... je n'y connais rien.

Comme je l'ai dit plus haut, ce stage se déroulait dans le cadre d'une réinsertion mise en place avec le CSR.
Mon assistant social ne m'a pas été d'un grand secours et je me demandais si tout ceci était bien légal et sinon, puis-je me défendre. Et si oui, comment puis-je me défendre ?

J'ai trouvé ce site en faisant une recherche Google parce que je ne sais pas vraiment vers qui me tourner. Donc me voilà avec mes questions.

Merci pour l'attention portée à ce message.

Réponse

Bonjour,

Dans le cadre d'une mesure de réinsertion liée au CSR, tu as signé un contrat de stage d'une durée de 6 mois avec une promesse d'embauche à l'issue si celui-ci se déroulait bien. Après 4 mois, ton employeur avec qui tu t'entendais très bien, a eu des soucis de santé psychique et tu l'as beaucoup aidé sur ton week-end. Suite à cet événement, il a changé d'attitude envers toi puisqu'il t'a licencié  avec effet immédiat. Tu te demandes si ce licenciement est légal, tu te sens lésé à plusieurs niveaux et tu cherches des informations pour mieux comprendre le cadre légal et les enjeux autour de cela ?

Nous te félicitons pour tes démarches. Tu as subi une décision de ton employeur que tu trouves injuste et tu essaies d'avoir une meilleure compréhension de ce qui t'est arrivé, ainsi que de ta marge de manœuvre. C'est une bonne chose que de vouloir prendre en main cette situation ! 

Ce changement drastique d'attitude à ton égard impacte fortement ta motivation et nous pouvons le comprendre. Cela prendra du temps de digérer et de tourner la page, en particulier parce que cette décision était inattendue !

Nous ne pouvons pas te répondre avec précision sur les questions légales que tu poses, il faudrait connaître plus en détail ta situation. Nous te conseillons de prendre contact avec Jet Service, le service social jeune et formation du CSP-Vaud. Nous avons mis leur contact en lien. À Jet Service, tu seras reçu en consultation socio-juridique par un-e travailleur-euse social-e et un-e juriste, de manière gratuite et confidentielle. Tu pourras exposer la situation et poser toutes tes questions directement au-à la juriste.

Nous te souhaitons bonne chance dans tes démarches !

l'équipe ontécoute


Jet Service, le Service social Jeunes du Centre social protestant Vaud - Adresses utiles - ontécoute.ch
Dernière modification le 18 décembre 2023

Avec le soutien de

Avec le soutien financier de la Confédération.

Ouvrir les actions