Question (Fille / 2002)

Bonjour,
Je suis actuellement en plein doute pour ma formation professionnelle ; je vais terminer ma première année de formation ES pour devenir éducatrice de l'enfance.

Depuis quelques jours, je n'arrête pas de me demander si je fais la bonne formation et si je vais réussir à la finir.

Je suis angoissée à l'idée de décevoir mes collègues, ma formatrice et ma directrice de crèche, d'autant plus qu'ils étaient déjà déçus des autres stagiaires de la structure.

Je me sens bloquée et sans issue possible. Je sais que ces idées viennent à cause de quelques remarques (pourtant pertinentes) que ma référente m'a fait la semaine dernière mais je n'arrive pas à arrêter de ruminer.

Ce qui est également compliqué, c'est que je dois gérer un TDA/H et un trouble du stress post traumatique complexe et j'ai l'impression que cela est incompatible avec une vie "normale". Je n'ai pas pu en parler avec ma référente (qui est uniquement au courant pour mon TDA) car j'ai peur de sa réaction.

J'aime travailler avec les enfants mais j'ai la sensation que je n'y arriverai pas car j'ai envie de trop bien faire ; j'ai également envie de devenir écrivain mais n'ayant pas obtenu la matu, je ne peux pas accéder à l'Institut Suisse d'écriture. J'ai tellement d'envie de faire différents métiers (en fonction de mes intérêts spécifiques et/ou de mes humeurs) que je ne sais plus quoi faire.

Je ne sais pas si ce que j'ai écris a été compréhensible mais je vous remercie d'avance de votre réponse et vous souhaite une belle journée !

Réponse

Bonjour,

Vous vous questionnez sur vos choix de formation suite à certaines remarques de votre référente, ainsi que de l'impact de vos difficultés personnelles sur votre vie professionnelle. Nous comprenons que cela vous inquiète, et nous vous félicitons d'essayer d'en parler.

Tout d'abord, nous vous rappelons qu'il est normal de ne pas réussir parfaitement chaque aspect de votre formation. La première année de formation permet certes d'acquérir des compétences et un peu d'expérience, mais il reste du chemin à parcourir avant d'être un·e professionnel·le. Et toutes les difficultés que vous rencontrez lors de la formation sont une expérience précieuse qui vous permettra de gérer des situations similaires lorsque vous ne serez plus en formation !

Vous indiquez avoir peur de décevoir les autres, et de participer à l'idée négative qu'iels ont des stagiaires. Ce que nous vous proposons, c'est de leur exprimer cette crainte et leur demander conseil. La déception arrive souvent lorsque l'on a des attentes, qui ne se réalisent pas, envers le comportement de quelqu'un. En parler leur donnera l'occasion d'exprimer leurs attentes à votre égard, ce qui vous permettra de cibler vos points faibles pour les améliorer. Et montrer votre implication et vos efforts dans la formation améliorera l'image qu'iels ont de vous.

Concernant le TDA/H et le trouble du stress post-traumatique complexe, et leurs impacts sur votre vie : ces deux problématiques sont certes assez intrusives, mais il est tout à fait possible d'aménager votre vie afin de pouvoir les gérer. Vous avez déjà réussi à avancer jusqu'ici, ce qui démontre votre capacité à y faire face ! Mais si cela vous pèse particulièrement, nous vous encourageons à chercher un·e professionnel·le spécialisé dans ces troubles, qui pourra vous soutenir, vous écouter et vous conseiller au mieux.

Finalement, nous vous proposons de parler de vos hésitations de carrière auprès d'un.e conseiller·ère en orientation. Cela vous permettra d'évaluer les envies que vous avez, leur faisabilité et/ou les alternatives qui existent pour les concrétiser. Par exemple, l'envie de devenir écrivain ne nécessite pas forcément de passer par l'Institut littéraire suisse, et beaucoup d'auteurs ont simplement écrit dans leur temps libre avant d'être publiés.

Nous restons à l'écoute,

l'équipe ontécoute

Dernière modification le 13 juin 2023

Avec le soutien de

Avec le soutien financier de la Confédération.

Ouvrir les actions