Question (Fille / 2000)

Bonjour,
Ma mère est dépendante à l‘alcool depuis plus de 15 ans. C’était une consommation soft, vin blanc et elle a toujours réussi à la gérer.
Depuis le décès de mon père il y a deux ans. Les choses se sont compliquées. Elles a arrêtée de travailler pour s‘occuper de lui car malade et avec le Covid s‘est énormément enfermée sur elle même. Elle déprime, ne s’alimente pas correctement.
Elle voit son médecin généraliste et lui a parlé de sa consommation d‘alcool. Il lui a suggéré d‘aller voir un psy pour la suivre mais elle ne veut pas. Il l‘a conseillée d‘aller dans une association spécialisée dans les addictions. Elle a été à quelques cours créatifs mais à décidé que ça ne lui convenait pas.
Elle espère retrouver un boulot mais physiquement et moralement je ne pense pas que ce soit possible.

Je me sens complètement impuissante face à cette situation qui se dégrade. Je m’inquiète pour elle car je la vois s‘enfoncer. J‘ai essayé de discuter avec elle, de lui suggérer des activités comme la danse. Au début j‘ai même fait des postulations pour elle.
Mais à chaque fois, elle a une excuse et ça me désespère.

Je suis inquiète et en même temps j‘en ai marre.. j‘ai arrêté de lui suggérer des choses et d‘essayer de lui trouver des solutions car je sais que c‘est à elle de prendre la décision d‘aller mieux. Du coup, je l’écoute mais ne donne ps mon avis. Mais cette situation est pesante car je l‘ai tous les jours au téléphone pour prendre des nouvelles et tous les jours, elle est super négative et se plaint. Pour moi c‘est dure de la voir mal et quand je raccroche j‘essaie juste d‘oublier l‘appel car ça me détruit.
Cette relation est devenue trop lourde mais en même temps je ne peux pas l’arrêter et l‘abandonner.
J‘essaie de prendre un peu mes distance pour me protéger et protéger mon bébé et „ma famille“ mais ça me bouffe de l’intérieur.

Je pensais lui écrire une lettre ou je lui dis ce que j‘ai sur le cœur et lui dire que de la voir s‘enfoncer m’inquiète bcp et que je suis désespérée. J‘aimerais tellement qu‘elle décide d‘aller mieux et passe à l‘action.
Est ce qu‘une lettre est une bonne idée? J‘ai peur que ça rende la situation encore pire ou qu‘elle coupe les ponts. J‘ai peur qu‘elle le prenne mal et en même temps je suis la seule à pouvoir être transparente avec elle.
Je ne sais pas si c‘est une bonne idée..

merci d‘avance pour votre aide

Réponse

Bonjour à vous,

Nous comprenons bien ce que vous vivez, votre souffrance. Vous faites preuve de beaucoup d’empathie pour votre maman, c’est précieux. Vous avez également une bonne lecture de ce qui se passe et vous élaborez des pistes, vous avez déjà fait beaucoup.

Quand une personne a une consommation problématique, c’est aussi son entourage qui souffre. Les enfants, quand ils sont petits et plus tard adultes, sont parmi les plus touchés. C’est émotionnellement très difficile de voir un·e proche, et encore plus sa maman, perdre le contrôle de sa consommation, s’enfoncer comme vous dites. C’est difficile de voir qu’elle n’arrive pas actuellement à s’en sortir. Malgré toutes les pistes proposées par son médecin, par vous.
Vous le dites très justement, c'est à elle de prendre la décision d’aller mieux. Ce qu’on voit, c'est qu’actuellement, elle n’a pas la motivation, les ressources nécessaires pour prendre des mesures. Votre maman déprime, elle ne s’alimente pas bien. Elle a besoin d’une prise en charge professionnelle, médicale. Un bon soutien pour elle : elle semble avoir un bon contact avec son médecin généraliste.

Vous décrivez des émotions contradictoires, vous vous sentez impuissantes. Et c’est normal ! Vous avez déjà fait énormément. C’est important pour vous, votre bébé, votre famille de penser à vous, de vous protéger. C’est une excellente idée de prendre de la distance. Et c’est une très bonne piste aussi pour votre maman. Vous ne pouvez pas agir pour elle, à sa place. Parfois, c’est triste à dire, mais c’est quand un·e proche se « désengage » un peu que ça fait bouger la situation. Et on ne peut pas parler d’abandon !

Malgré votre tentative de prendre un peu de distance, et peut-être aussi un peu à cause de cette tentative, vous ressentez des émotions fortes qui « vous bouffent de l’intérieur ». Ce serait un soulagement pour vous de pouvoir en parler avec des professionnel·le·s, de pouvoir déposer ces sentiments contradictoires. Vous pouvez déjà consulter le site https://www.proches-et-addiction.ch/. Des centres de conseil en addiction et des centres spécialisés dans l’alcoolisme sont également disponibles pour les proches : indexaddictions.ch. Ils offrent une aide précieuse.

Parallèlement, écrire une lettre à votre maman est une très bonne idée. Parlez-lui de ce que vous ressentez et des limites que vous posez pour vous protéger. Le « médium lettre » aide souvent. Les personnes ne sont pas l’une face à l’autre, chacun·e peut prendre du temps pour s’exprimer/lire.

Également sur le site (https://www.proches-et-addiction.ch/que-faire-pour-lautre/exprimer-ses-besoins-et-fixer-des-limites) vous trouverez des pistes.

Nous vous encourageons vivement à chercher du soutien pour vous.
Prenez bien soin de vous.

Bien à vous

 

l'équipe ontécoute

Dernière modification le 22 août 2022

Avec le soutien de

Avec le soutien financier de la Confédération.

Ouvrir les actions