Ontécoute.ch

Je suis angoissée par le monde du travail

11 mai 2022

Question (2000)

Bonjour,

Je suis en train d'arrêter mes études et je me sens complètement perdue.

Après 2 ans de formation pour devenir enseignante, je ne peux plus continuer, les stages sont incroyablement éreintants (j'ai compté, je passais plus de 80h00 au travail, pour qu'on me dise que je ne m'impliquais pas assez), et je déteste ce métier.

J'aimerais me tourner vers un apprentissage, mais j'ai beau être passée plusieurs fois chez un orientateur et m'être renseignée sur tous CFC possibles, je ne trouve rien.

J'ai toujours fais des études, j'ai toujours su me débrouiller là-dedans, mais j'ai l'impression d'être incapable de toucher au monde du travail, qui me fait horriblement peur. Je n'ai pas de résistance au stress, peu d'habileté manuelle, et suis mauvaise avec les chiffres et les matières scientifiques. En plus, je suis plutôt quelqu'un de consciencieuse, ce qui fait que je suis plutôt lente, et j'ai de la peine avec la gestion.

J'ai discuté avec des amis qui ont fait des CFC, tous m'ont dit que c'était très difficile, que c'était la pire partie de leur vie, que certains ont fini sous anxiolytiques.

Je me retrouve là au milieu, à 21 ans, à devoir essuyer l'échec de mes études, de ce que je pensais être un métier qui me plaisait, et à devoir me réorienter je ne sais où, timide, avec de la difficulté et une peur intense du monde du travail.

Je commence sérieusement à déprimer, à avoir peur. A chaque fois que je me renseigne sur un métier, c'est une désillusion en voyant les qualités demandées, le stress décrit, les responsabilités à prendre. Orientation.ch fait peur, je ne peux plus en entendre parler, ce site me décourage.

On me propose souvent de rester dans des secteurs éducatifs, mais je ne veux plus entendre parler d'enfants, que ce soit dans ma vie personnelle ou au travail.

Je ne sais plus quoi faire, en plus de devoir affronter l'année prochaine sans formation.

Que puis-je faire ? Je cherche des structures d'aide gratuites, psychologiques par exemple, ou d'aide pour s'adapter au monde du travail, mais en vain, tout est payant. Je suis déjà allée voir une fois la structure d'aide gratuite de l'UNIFr, mais je ne me suis pas du tout sentie bien avec la psychologue, j'ai fini par mentir pour m'en aller plus vite.

Je me sens frustrée, déçue, et trop fragile pour tenir le coup dans le monde professionnel en plus d'être perdue dans mes choix. Je n'arrive pas à me sentir capable d'endurer quoi que ce soit dans le monde du travail, surtout après un tel échec avec mes stages dans l'enseignement. Je voudrais juste trouver un peu d'aide, car je me sais pas comment continuer ainsi, ça me déprime profondément.

  • Formation et Travail
Réponse

Bonjour,

Nous sommes désolés de lire les difficultés que vous traversez dans votre parcours d'études et votre angoisse face au monde du travail. Malgré divers passages chez un orientateur, cela n'a rien donné et vous ne savez plus vers qui vous tourner pour trouver une solution pour l'année prochaine. 

Malheureusement, sur Fribourg, nous ne connaissons pas de structures gratuites proposant des conseils en orientation hormis les CIP (centre d'information professionnelle) faisant partie du SOPFA (Service de l'orientation professionnelle et de la formation de adultes). 

Il existe des services privés mais qui sont effectivement payant. Sur Internet, nous avons trouvé une psychologue FSP spécialisée en psychologie du conseil et de l'orientation. Elle propose des bilans de compétences et du coaching. Toutefois, elle n'indique pas ses tarifs. Vous trouverez facilement son contact en tapant "bilan de compétences fribourg" sur Google. Ensuite, vous pourrez la contacter afin d'en savoir plus sur ses pratiques et ses tarifs. 

En espérant que vous trouverez l'accompagnement souhaité qui vous amènera vers une piste de formation et qui vous aidera à appréhender ce monde du travail. 

Bien à vous, 

l'équipe ontécoute

Dernière modification: 16 mai 2022

Les dernières questions

Voir les autres questions du thème